top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurSEB J

FORTIFIEZ VOTRE FOIE


A l'approche des fêtes de fin d'année il est important de connaître dans quel état se trouve votre sphère hépatique.

En effet, votre foie va être mis à dures épreveuves et tel un sportif qui se prépare à une compétition il est primordial que celui-ci arrive le jour J le plus en forme possible.

Dans cet article nous verrons quels sont les biomarqueurs qui nous permettent de mettre en évidence une dysfonction hépato-bilaire, de faire la différence entre une insuffisance et une inflammation ce qui nous permetra d'apporter un accompagnement plus efficace afin de profiter au maximum de ces moments de fête et d'éviter les désagréments du mois de janvier.

Bonne lecture et nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d'année (mais ceci est valable tout au long de l'année!)


Bilan Hépatique

1. Les Triglycérides

Les triglycérides sont des acides gras stockés dans les adipocytes. Leur taux sanguin est le résultat intégré de la consommation de graisses via l’alimentation et la synthèse hépatique. L’hypertriglycéridémie est associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires.

2.Les Apolipoprotéines

Les apolipoprotéines sont des protéines chargées de transporter les graisses (triglycérides, cholestérol) dans le sang.

ApoA1 transporte HDL et ApoB transporte LDL.

Un rapport ApoB/ApoA est le 2ème facteur de risque maladies coronariennes après le tabac.

3. HDL-C

La diminution du HDL-C et l’élévation des triglycérides sont fréquents chez les personnes ayant des facteurs de risques cardio métabolique.

4. La Ferritine

La ferritine est une protéine permettant le stockage du fer. Elle régule l'absorption intestinale du fer, possède des propriétés antibactériennes, antivirales, antifongiques, anti-inflammatoires, antioxydantes et immunomodulatrices.

5.Les protéines de la réponse inflammatoire

Transferrine, céruloplasmine, α-1-glycoprotéine acide, α-1-protéase inhibiteur, haptoglobine sont des protéines sécrétées ou consommées au niveau du foie lors de l’apparition d’un stimulus inflammatoire.

6. CRP Ultrasensible

La CRPus est le marqueur de référence de l’Inflammation locale et/ou généralisée.

La CRPus est une protéine synthétisée par le foie et libérée dans le plasma. Elle joue un rôle dans le système immunitaire. Plus le taux de CRP est augmenté plus l’intensité de l’inflammation est importante.

 

7. Homa / Quicki

Les indices HOMA et QUICKI sont calculés à partir des valeurs plasmatiques de l’insulinémie et de la glycémie mesurée chez un individu à jeun. Ces indices permettent d’évaluer la résistance à l’insuline pour le HOMA et la sensibilité à cette hormone pour le QUICKI et donc de prédire l’apparition d’un diabète de type 2.


8.L'Hepcidine

L’hepcidine est au fer ce que l’insuline est au sucre.

L’hepcidine est une hormone fabriquée par le foie qui régule la quantité de fer dans le sang.

Le fer ingéré est assimilé via les entérocytes (les cellules de la paroi intestinale) puis passe dans le sang par une porte : la ferroportine.

Le fer se fixe alors à la transferrine pour être transportée puis est stockée dans le foie sous forme de ferritine.

Lors d’une inflammation hépatique, il y a une libération de fer dans le foie. Cette libération provoque une augmentation de synthèse d’hepcidine.

Au fur et à mesure que le taux d’hépcidine augmente la ferroportine va se fermer entraînant une séquestration du fer dans les entérocytes.

Certaines personnes ayant une ferritine basse mais avec une inflammation hépatique (prise de médicaments, pilule, infections chroniques, dysbiose intestinale) peuvent avoir une élévation de l’hepcidine. Dans ce cas, l’administration de fer est donc inutile voir dangereuse car les portes sont fermées !

Le fer s’accumule alors dans les entérocytes et s’élimine dans les selles (selles noires). Il est donc inutile de donner trop de fer sous peine de voir baisser les réserves en fer.


Bilan biliaire

Le dosage des acides biliaires totaux n'est pas assez précis pour apporter un traitement efficaces.

En effet il existe 3 types d'acides biliaires (primaires, conjugués et secondaires) pour lesquels il exsiste un accompagnement spécifique en fonction de leur déficit ou de leur excès.

Les acides biliaires possèdent des récepteurs dans tous l’organisme et plus particulièrement : intestins, reins, poumons, cerveau, os.


Leurs rôles, souvent sous-estimés, sont donc nombreux :

1. Assurent la digestion et assimilation des nutriments liposolubles :

Il s’agit des acides gras, des vitamines A,E,D,K, des caroténoïdes et des phytostérols.

Une mauvaise digestions et assimilation des nutriments liposolubles pourra entraîner un déficit avec des répercussions sur l’état de santé.

Par exemple un déficit en vitamine D entraînera des risques cardio-vasculaires importants, des risques de cancer colorectal, des prédispositions aux infections virales et bactériennes.

2.Régulent la quantité d’eau au niveau du tube digestif :

Si vous êtes constipé chronique ou au contraire si vous avez des diarrhées permanentes le problème provient peut-être de vos acides biliaires car ils régulent l’absorption du sodium et des sécrétions liquides au niveau du colon.

3. Assurent une bonne étanchéité de votre barrière intestinale :

En régulant la prolifération et la mort des cellules de l’intestin les acides biliaires évite une hyperperméabilité intestinale responsables de troubles digestifs et troubles à distance comme les migraines, les douleurs articulaires...

4. Assurent une détoxification hépatique :

Les acides biliaires permettent une élimination des composés hépatotoxiques et permettent donc d’éviter les signes cliniques d’une fatigue hépatiques (nausées, maux de tête…) ainsi que les pathologies pouvant atteindre le foie (inflammation, cirrhose, cancer).

5.Régulent le métabolisme des glucides, des lipides et du cholestérol :

Les acides biliaires permettent donc de prévenir les désordres métaboliques pouvant conduire au diabète et/ou à l’obésité.

6. Modulent l’immunité : meilleure défense antibactérienne et antivirale :

Les acides biliaires nous permettent d’avoir une réponse adaptée face à une infection de virus ou de bactérie par intervention directement sur le système immunitaire mais aussi indirectement par l’action sur le microbiote intestinal.

 

7. Prévention de l’ostéoporose :

Nous le savons aujourd’hui, les acides biliaires sont capables de se fixer au niveau des os.

Un déséquilibre de leur synthèse sera un facteur favorisant à l’ostéoporose et aux fractures.

8. Régulation de la sérotonine :

La sérotonine est l’hormone du bonheur. Sécrétée en grande majorité au niveau intestinal son niveau est régulé par les acides biliaires secondaires.

Tout déséquilibre dans la synthèse des acides biliaires secondaires pourra entraîner des troubles de l’humeur.

9. Rôle particulier de l’acide biliaire conjugué ATUDC :

Cet acide biliaire aurait un effet protecteur vis-à-vis des maladies neuro-dégénérative (Alzheimer) mais aussi vis-à-vis des dégénérescences rétiniennes.

Il est également capable d’inhiber le virus de la grippe A et de moduler celui de l’herpès.


23 vues0 commentaire
bottom of page