Bilan Thyroïdien

Clinique de Nutrition Physiologique bilan thyroïde

Ressentez-vous un ou plusieurs de ces symptômes  ?

  • Fatigue chronique

  • Difficultés de concentration, troubles de la mémoire, trouble de l’humeur, irritabilité inexpliquée, état dépressif.

  • Vous avez chaud quand il fait froid et/ou froid quand il fait chaud, trouble de la circulation (œdème)

  • Prise de poids ou perte de poids rapide malgré un appétit stable

  • Diminution de la pilosité avec perte de cheveux, des sourcils ou cheveux devenant cassants, sécheresse ou épaississement cutané, pâleur

  • Crampes musculaires, tremblements fins au niveau des mains, diminution de la force musculaire, fourmillement ou engourdissement des extrémités.

  • Insomnies

  • Troubles digestifs : diarrhée ou constipation

  • Règles irrégulières voire absente

  • Palpitations cardiaques.

Vous avez probablement un dysfonctionnement de votre thyroïde

L’Iode intervient dans la composition des hormones thyroïdiennes (T3 et T4). Les hormones thyroïdiennes sont essentielles pour la reproduction, la croissance, la production de cellules sanguines, la maturation des os, la trophicité des cellules thyroïdiennes, le développement du système nerveux, la régulation de la température corporelle et le fonctionnement des muscles.  

La production de ces hormones est sous le contrôle de la TSH. La TSH stimule principalement la fabrication de T4 au niveau de la thyroïde. La T4 devra être activée en T3 au niveau du foie et au niveau intestinal.

L’hypothyroïdie est une situation d'imprégnation insuffisante de l'organisme en hormones thyroïdiennes, le plus souvent à cause d'un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde. Dans ce cas la THS est augmentée.

L'hyperthyroïdie résulte d'une production anormalement élevée d'hormones par la glande thyroïde. L’origine peut être une surcharge en iode ou un état auto-immun.

Mais l’iode n’est pas seulement un substrat des hormones thyroïdiennes. C’est aussi un élément indispensable au bon fonctionnement de la glande thyroïde (croissance et trophicité).

Un déficit en iode n’est pas le reflet des apports alimentaire mais d’un déficit lié au stock thyroïdien qui n’est pas optimal.

Les valeurs biologiques santé de l’iode se situent entre 100 et 200ug/L.

A noter que certaines molécules toxiques, nommés perturbateurs endocriniens, freinent ou bloquent l'entrée de l'iode dans la thyroïde.

La glande thyroïde contient la plus grande quantité de Sélénium par mg de tissu dans le corps. Plusieurs protéines impliquées dans le métabolisme thyroïdien contiennent du Sélénium. Le Sélénium est donc indispensable à la fabrication des hormones thyroïdiennes et au fonctionnement de la thyroïde.

La vitamine B9 a une action protectrice vis-à-vis de l’hypertrophie cardiaque liée à l’hypersécrétion thyroïdienne.

La CRPus est une protéine de l’inflammation. Elle n’est pas spécifique à la thyroïde mais un état inflammatoire est nuisible à son fonctionnement.

SOD et GPX sont deux enzymes qui permettent de lutter contre le stress oxydant. Or la présence d’un stress oxydant au niveau de l’organisme provoquera une stimulation importante de la thyroïde et in-fine son affaiblissement.

Thyroïde et Microbiote

Les bactéries intestinales influencent les niveaux d'hormones thyroïdiennes en régulant l'absorption et la dégradation de l'iode ainsi que les cycles entéro-hépatiques.

La TSH avait une association positive significative avec Porphyromonas, et la T3L était positivement liée au Streptococcus dans les cas de cancer de la thyroïde. On sait que les taux de TSH et de T3L sont plus élevés dans les cas de cancer de la thyroïde.

Une modification de la composition du microbiote intestinal a été identifiée comme un facteur contribuant à la thyroïdite auto-immune de Hashimoto et à la maladie de Graves.

Cependant, on ignore encore si les troubles de la thyroïde provoquent une dysbiose ou inversement.

Les acides biliaires régulent le métabolisme énergétique par l'intermédiaire de changements des taux de TSH, et les taux d'acides biliaires totaux dans le sang ont diminué chez les patients présentant une hypothyroïdie subclinique.

Dans l'hypothyroïdie, l'acide biliaire secondaire ADC dominait, tandis que dans l'hyperthyroïdie, l'acide biliaire primaire ACDC était dominant.

De plus, il existe une influence marquée des minéraux sur les interactions entre l'hôte et le microbiote, en particulier le sélénium, le fer et le zinc.

Les souches bactériennes pathogènes possèdent plusieurs protéines de haute affinité pour le Fe. Le fer étant un élément indispensable au fonctionnement thyroïdien son déficit pourra entraîner des troubles.

Thyroïde et Grossesse

clinique de nutrition physiologique thyroïde et grossesse

Pendant la grossesse, les apports en iode doivent être majorés afin de maintenir une physiologie thyroïdienne normale chez la mère et chez le fœtus.

 

Les conséquences d’un manque d’iode pendant la grossesse sont le risque important de fausse couche et des anomalies de développement psychomoteur et neurologique chez l’enfant.

logo clinique de nutrition physiologique
  • LinkedIn

© 2021 Clinique de Nutrition Physiologique